Historique

La construction de ce refuge date de 1955. C’était l’après guerre, durant la reconstruction des bâtiments détruits, la gare des Aubrais, détruite par les bombardements, avait été provisoirement remplacée par un bâtiment en bois.

A cette époque la SNCF, à travers les services sociaux, aidait beaucoup les associations afin de redonner le moral aux compagnons et fédérer la culture d’entreprise.
C’est ainsi qu’après la construction de la nouvelle gare d’Orléans-Les Aubrais, le baraquement en bois fut démonté, acheminé par wagons en gare de Porté-Puymorens et mis à disposition de la section Ski du TCMS qui en avait fait la demande.

Un terrain au dessus du village est alors acheté, la reconstruction de la structure est entreprise sous la surveillance du chef de section de Foix et l’aide de l’entreprise BALAGUER qui assurait les travaux d’œuvres sociales de la région.

En octobre 1955, les travaux sont terminés et la chalet est opérationnel.

Plus tard, le refuge fut baptisé «Refuge Lucien Bonneval» en hommage à celui qui fut à l’origine de sa construction.

Il devient très rapidement le point de chute de tous les cheminots amoureux de la montagne et adeptes de la glisse.
Il a vu se construire la station de ski de Porté, car en 1955, il n’y avait pas de remonte pentes. Il fallait monter à pied pour pouvoir faire un peu de glisse.
Après une alerte en 1960 où le président de l’époque avait proposé de le vendre, mais pour laquelle, le comité directeur s’y était formellement opposé, il prend son régime de croisière et son occupation est très importante.

Tous les ans à l’automne afin de maintenir le chalet en bon état, un week-end «entretien-nettoyage» est organisé, les adhérents de la section ski participent massivement, c’est l’occasion de soirées mémorables.

En 2004, une visite de la commission sécurité donne un avis défavorable à l’exploitation du refuge et nous oblige alors à le fermer.
Le club ne peut se résoudre à cette fermeture et à l’abandon de ce refuge porteur de l’esprit du club et de tellement de souvenirs.

Avec l’accord du comité directeur, Bernard VERNHES prend le dossier en charge.
Pressentant le verdict de la commission sécurité, nous avions pris soin de faire classer le bâtiment en «Refuge de montagne non gardé» ce qui a ainsi limité la liste des prescriptions demandées par la commission.

Les travaux de remise aux normes sont alors entrepris par les bénévoles du club : réfection complète de l’installation électrique, création d’une issue de secours dans la pièce annexe, installation de ferme-portes, affichage de sécurité, réduction du nombre de couchages à 18 places, etc …

Nouvelle visite à l’automne 2005, nouveau refus à cause de l’absence de paratonnerre que nous voulions éviter à cause du coût élevé de cette protection, et qui plus est jugée inutile par de nombreux experts mais cette norme est applicable aux Pyrénées Orientales, département classé « exposé à la foudre ».
Le comité directeur décide d’engager les frais d’installation du paratonnerre et ces travaux sont réalisés par une entreprise spécialisée pendant l’été 2006.

Les derniers travaux de mise aux normes sont ensuite réalisés par les bénévoles : installation de détecteurs de fumée, alarme et blocs lumineux d’évacuation, détecteurs de monoxyde de carbone, …
Nouveau passage de la commission sécurité en décembre 2006 qui nous donne enfin un avis favorable pour l’exploitation du refuge.

Le refuge est immédiatement ré-ouvert toute l’année aux adhérents du TCMS Ski & Montagne, les non adhérents devant être accompagnés par au moins un adhérent.
Il offre 18 couchages, mais petit à petit le précaire confort ne correspond plus aux attentes des utilisateurs la fréquentation devient moindre et les normes sécurité nous obligent soit à décider la fermeture définitive soit entreprendre une importante rénovation.

C’est cette deuxième perspective qui est décidée par le club qui ne veut pas voir disparaître un lieu historique pour la famille cheminote.

chalet2Aujourd’hui, le refuge rénové offre un bon confort et 18 couchages. La fréquentation est de nouveau importante.

Merci à tous nos bénévoles pour leur participation à cette remise en service.