Séjour ski « virtuel » Saint François-Longchamp du 14 au 21 mars 2020

Séjour ski « virtuel » Saint François-Longchamp du 14 au 21 mars 2020

Il était une fois … le TCMS Ski … aux pieds… à l’Auberge ensoleillée de St François.
Auberge qui porte bien son nom : tempête de soleil sur toute la semaine. 🙂
4 mètres de neige, un pur régal, au moins 10 ans que nous attendions ces conditions idéales, n’est-ce pas les filles … !

Escale bien sympathique cette année sur ce Grand Domaine que nous avons découvert avec le plus grand plaisir : les stations de Valmorel, Doucy-Combelouvière, Saint-François-Longchamp et Celliers ont su ravir chacun par leur diversité.
Le soleil (on ne se lasse pas de le signaler…) a été omniprésent sur l’ensemble de la semaine pour le plus grand bonheur de tous.
Pique-nique quotidien sur les pistes avec une vue éblouissante sur les massifs de Belledonne, de l’Oisans et du Mont-Blanc.

Accueil très convivial à l’ATC Auberge ensoleillée de St François qui a remporté un vif succès auprès de nos adhérents. Nous remercions très chaleureusement Frédéric et sa dynamique équipe. Les chambres étaient spacieuses et la restauration excellente, que ce soit le somptueux buffet du petit déjeuner, le pique nique du midi ainsi que les menus variés du soir préparés par un cuisinier hors pair et toujours souriant.

Oscar, notre traditionnel kiné du TCMS, a comme tous les stages été sollicité, mais cette fois pour aider Agnès et Patrick à nous préparer les ti’punchs. 🙂 🙂 🙂

Une salle apéro était à notre disposition, ce qui nous a permis de nous retrouver chaque soir pour le débriefing des 30 participants.
Et depuis… à l’initiative de notre Président Marco, nous continuons tous les soirs à 20h00 un apéro virtuel sur le groupe Whatsapp TCMS, chacun chez soi. Chacun y allant de sa vidéo ou photo insolite. 🙂

A l’année prochaine…
La XGame Team de St François 2020
Nat et Yann

Sortie Ski de randonnée du 2 février 2020

Sortie Ski de randonnée du 2 février 2020

Un week-end qui se transforme en une seule journée à cause des mauvaises conditions du samedi.
Je choisis le secteur de Porté Puymorens car endroit moins touché par les pluies du samedi.
Nous partons à six de Toulouse (Clara, Quentin, Régis, Laurent, Philippe et moi) pour le col du Puymorens (1924m) où Brice doit nous rejoindre.
La course prévue est de monter au col de la Coma d’en Garcia (2534m) pour ensuite descendre jusqu’à l’étang des Bésines (1981m). Une classique du secteur.
Pour Quentin c’est sa première en ski de rando. Seul petit souci, l’oubli de ses peaux… Un aller-retour obligé au Pas de la Case pour en louer. Pendant ce temps, un premier groupe (Régis, Laurent, Brice et moi) part. Nous arrivons au col de la Coma d’en Garcia une heure trente plus tard. Là, nous attendons Clara, Quentin et Philippe pour que nous descendions tous ensemble à l’étang des Bésines. Près de 50mn après, nous attaquons la descente dans une neige pas vraiment poudreuse liée aux chaudes températures du week-end.
A l’étang, nous prenons le temps de pique-niquer (30mn) puis remontons vers le col de la Coma. Ayant un peu de temps par rapport aux autres, je fais en aller-retour le point culminant de la Cresta dels Llosers (2655m).
Tous réunis au col, nous « dépeautons » puis prenons la direction du col du Puymorens pour rentrer. Là, nous avons la désagréable surprise d’une neige collante pour descendre. La pente n’étant pas très marquée, il faut pousser avec les bâtons sur certains passages.
Une sortie qui nous aura fait faire 16 kms avec 1335m de D+ dans des conditions presque estivales…
Pour finir, un bravo à Quentin pour sa première.

Photos du jour        Trace IGN du jour

Stéphane

Séjour Ski alpin Baqueira (Espagne) du 19 au 24 janvier 2020

Séjour Ski alpin Baqueira (Espagne) du 19 au 24 janvier 2020

33 skieuses, skieurs et snowboarders sont réunis pour participer à ce séjour. Nous sommes logés à l’Hôtel GARONA dans Salardu à 4 km du domaine skiable.
Tout au long de la semaine nous bénéficierons d’une neige et d’une météo très changeantes.
Lundi le ciel est dégagé et nous découvrons, pour la plupart, le vaste domaine skiable de la station, le tout agrémenté d’une légère couche de neige fraîche. On a pu faire nos traces. 🙂
Mardi temps couvert. La neige considérablement alourdie et bien humide nous oblige à rester essentiellement sur les pistes.
Mercredi la précipitation annoncée arrive par l’est et le massif montagneux s’entoure petit à petit de nuages, de brouillard puis la neige fait son apparition. La journée est écourtée et le retour à l’hôtel avancé.
Jeudi nous pouvons profiter d’une neige fraîche mais lourde, la pluie ayant fait son apparition assez haut dans la nuit. Le temps est toujours chargé et le soleil ne fait que de très rares apparitions.
Vendredi très beau temps, la neige est au rendez-vous ; il est tombé plus de 50 cm en haut du domaine de quoi provoquer de très larges sourires chez tout le monde.

Le traditionnel apéro-débriefing n’a pas été abandonné.
Dès le dimanche soir nous nous retrouvons auprès de la cheminée du salon privatisé pour l’occasion. Mercredi l’hôtel nous offre une sangria maison.
Parlons un peu restauration, le buffet du petit déjeuner est copieux le repas du midi pris en station est apprécié, c’est un moment de pause autour d’un repas chaud.
Le dîner servi à l’assiette débute par le traditionnel potage, la cuisine est simple et familiale, variée.
Nous avons apprécié la propreté des chambres et salles de bain. Nous remercions les propriétaires et leur équipe pour toutes les petites attentions dont ils ont fait preuve durant notre séjour, feu de cheminée allumé avant nos apéros etc…

 

J’allais oublier… les Daltons étaient parmi nous.
Il manquait Averell blessé au genou mais cela n’a pas empêché la fratrie de gouter au plaisir de la neige accompagné de Lucky Luke et Jolly Jumper.

El présidente nous a concocté comme d’habitude quelques reportages dont il a le secret citons par exemple : Les pintades accrochées à une pioche, le TCMS en direct de Baqueira, la famille Bogdanof et les bulles, au « Moët », lieu plus particulièrement apprécié de certains qui se sentaient inévitablement attiré par l’ambiance du chalet…
Le discours de clôture pris une tournure « syndicale » notre président arborant une écharpe au supposé logo du SAP (Syndicat des Amateurs de Peuf). Un accessoire à peaufiner pour accompagner nos tenues club ? A suivre…

A l’année prochaine à la Via Lattea.

Jean Robert

Séjour Ski de randonnée à Saint Véran (Queyras) du 11 au 18 janvier 2020

Séjour Ski de randonnée à Saint Véran (Queyras) du 11 au 18 janvier 2020

Après la route, nous nous retrouvons en fin d’après-midi à notre gîte-hôtel de la Baïta du Loup au lieu-dit de La Chalp sur la commune de St Véran où nous sommes accueillis par Félicie et François. Le groupe se compose de seize personnes en attendant que deux autres nous rejoignent le dimanche et le lundi. A noter que Benjamin l’organisateur du séjour est absent à cause d’une mauvaise chute de VTT durant les fêtes de Noël.

Dimanche 12 :
Au départ du gîte (1775m), c’est un groupe uni avec un même objectif le pic de Château Renard (2989m) qui au cours de la montée se « disloquera » en plusieurs groupe…

Groupe 1 : Clara, Stec, Humag, Philippe, Régis, Gérald, Yann et Stéphane.
La montée s’effectue dans un bon rythme, ce qui qui sera un peu la cause de la dislocation… Après le sommet, le groupe descend le couloir Nord (40°) pour basculer dans le vallon de Longet et ensuite remonter au col de Longet (2701m) pour rentrer au gîte.
Au final une journée à 1550m de D+ sur 16,5 kms.

Photos du jour du Groupe 1    Trace du jour sur carte IGN   

Groupe 2 : Loulou, Agnès, Michel, Patrice, Jean-Paul, Guy, Yvan et Bernard.
Certains impatients (Guy, Jean Paul, Yvan) ont pris les devants et au lieu de prendre le trajet direct vers St Véran, ont obliqué vers la gauche (Molines). Arrivé au-dessus de St Véran le gros groupe se sépare avec Loulou, Agnès, Michel et Patrice. Nous quittons le groupe Stéphane pour essayer de rejoindre les égarés. Nous retrouvons rapidement Guy et Jean Paul mais Yvan est déjà parti pour rejoindre le premier groupe et n’y parvenant pas, en bon fondeur, il passera le reste de la journée en solitaire.
Le nouveau groupe de six se dirige vers la cime de Combe Grosse (2674m) estimant que 900m de dénivelé positif suffisait pour une mise en jambe.
Casse-croûte au sommet et retour vers la Baïta du Loup en grande partie par les pistes de la station car l’exposition Sud n’est pas très bonne pour le hors-piste.
Course de 900m de D+ réalisée en aller-retour.

Lundi 13 :
Ce lundi pas d’objectif commun pour les deux groupes.

Groupe 1 : Clara, Stec, Humag, Philippe, Régis, Gérald, Yann, Jean et Stéphane.
Nous prenons la voiture pour aller au village Le Roux (1770m) afin de faire la crête de Gardiole (2621m) en boucle. La montée se fait en partie dans la forêt par le versant Ouest. Nous descendons en versant Nord pour atteindre le torrent du col St Martin. C’est tellement bon que nous décidons de remonter pour atteindre à nouveau la crête plus à l’Est (2650m). De là, nous redescendons le même versant Nord pour ensuite rejoindre le village Le Roux en contournant le massif de cette crête.
Une journée à 1300m de D+ sur 13 kms.

Photos du jour du Groupe 1    Trace du jour sur carte IGN

Groupe 2 :
Agnès, Loulou, Michel, Patrice, Guy, Jean Paul et Bernard.

Direction le pic de Château Renard (2989m) depuis le pont de Lariane (2024m) avec une montée agréable dans les mélèzes avant de découvrir au loin le col de Longet (2701m). Col qui sera atteint avec un peu d’avance par Michel, Loulou et Patrice.
Après une petite pose, la troupe entreprend la longue traversée pour rejoindre l’observatoire à 2950m qui sera notre terminus.
Bon apprentissage pour notre nouvelle randonneuse Agnès, quelques conversions, première mise des couteaux, une traversée pénible et presque 1000m de dénivelé.
Casse-croûte à l’abri de l’observatoire car la brise est un peu fraîche.
Puis ce sera le retour au point de départ, d’abord par la longue traversée pour rejoindre le col et enfin attaquer la vrai descente avec une neige assez mixte sur la première partie et enfin un peu plus souple dès qu’on rejoint les Mélèzes.
Belle journée, récompensée par un bon demi, sauna et douche froide pour une bonne récupération.

Mardi 14 :
Groupe 1 : Humag, Philippe, Régis, Gérald, Yann et Stéphane.
Le sommet du jour est l’antécime du Grand Queyras (3090m) depuis le pont de Lariane (2024m).sur la route du col Agnel. Après l’antécime atteinte, nous basculons dans l’autre versant à la côte 3016 pour faire un couloir Nord de 600m à 40° pour atteindre le torrent de Ségure (2300m). Ensuite, nous remontons au col de Ségure (2784m) par le Combal de plate Mouline. Arrivés au col, direction la voiture au pont de Lariane.
Belle course de 1580m de D+ sur 14,5 kms.

Photos du jour du Groupe 1    Trace du jour sur carte IGN

Groupe 2 : Clara, Agnès, Stec, Guy, Michel, Ivan, Jean, Patrice, Bernard et Olivier.
Olivier étant arrivé la veille au soir, il prend la tête de ce groupe.
Départ en face du gîte (1768m) à 9h pour remonter le domaine du ski de fond puis nous nous engageons dans le pré la Chalp jusqu’au Gué  pour traverser le torrent du Curlet.
En fond de vallée, avant d’attaquer la montée Jean Paul craignant la mauvaise neige pour la descente nous abandonne.
Olivier prend les devants et Bernard reste en retrait avec Agnès et Guy.
Ensuite pour chercher des pentes tout juste ensoleillées, nous nous élevons rive gauche au-dessus du torrent.
Les Cabanes du Puy passées, l’itinéraire est évident jusqu’au col des Estronques (2651m) que le groupe d’Olivier atteint sans problème. Pendant ce temps, Bernard n’arrivant pas à trouver le rythme après 600m de montée décide d’arrêter. Guy qui a le groupe en point de mire continue et Agnès reste avec Bernard (merci à elle). Après une bonne pose et un casse-croûte aux cabanes. Les jambes étant un peu revenues, Bernard et Agnès attaquent la descente pour rentrer.
Plus haut dans le groupe d’Olivier, certains renoncent à cause du vent à aller sur la Tête de Jacquette (2757m). Seul trois personnes iront afin de profiter d’un point de vue remarquable sur le Queyras.
A la descente, la neige est changeante. Le groupe d’Olivier se retrouve pour le pique-nique aux cabanes du Puy encore ensoleillées. Ils finissent la descente par des combes à l’ombre où la neige est encore légère avant de rejoindre les pistes de fond.
Retour à 15h au gîte pour un sauna et une sieste.
Très belle courses à quasi 1000m de D+ pour presque tout le monde.

Photos du jour du Groupe 2

Mercredi 15 :
Groupe 1 : Humag, Philippe, Régis, Gérald, Yann, Jean et Stéphane.
Le départ de la course se fait en face du gîte (1764m). Le sommet visé est la Pointe des Marcelettes (2909m) en traversée Est-Ouest. Cela nous amène à passer par le vallon qui mène au pic Cascavelier puis sur l’arête qui mène au sommet. Après le sommet, nous continuons vers l’Ouest afin d’entrer dans le vallon Nord du Châtelard. Belle descente qui nous impose de passer un verrou à la côte 2300. Les plus motivés remettent les peaux au barrage « Caufours » (1946m) pour une « variante » afin de faire Tête de Jacquette (2757m) et redescendre par le vallon Nord-Est du Pis avec une sortie sur la crête de Tancinion à la côte 2300 pour éviter la cascade qui se trouve à la fin du vallon. Au final, bonne descente dans les deux vallons et une mention plus dans la forêt à la bascule de la crête de Tancinion.
Bilan de la journée : 1150m de D+ sur 12,3 kms pour certains et 1980m de D+ sur 19,3 kms pour d’autres.

Photos du jour du Groupe 1    Trace du jour sur carte IGN

Groupe 2 : Clara, Stec, Michel, Ivan, Patrice et Olivier.
Itinéraire ski de rando du pont de Lariane (2024m) à la pointe des Sagnes Longues (3032m).
Nous quittons le gîte de la Baïta du loup à 8h30 avec la seule voiture de Kuku qui contient 6 sièges puisque nous somme 6. Clara nous conduit jusqu’au parking du pont de Lariane au-dessus de Jean Pierre Grosse.
Nous nous équipons auprès d’une meute de chiens de traîneaux qui partiraient bien avec nous.
Nous remontons sur la piste de ski de fond la vallée de l’Aigue Agnelle en direction de l’Italie. Peu avant la bergerie de Tioures, nous traversons l’Aigue pour s’élever rapidement dans la forêt. Sur quelques plaques de neige relevées et dures entre les arbres, Clara ne parvient pas à prendre confiance malgré l’assistance de Michel. Elle s’épuise à chaque pas et ne peut lutter contre la peur de décrocher malgré les couteaux. Apres une demi-heure de lutte épuisante, elle se résigne. Elle rejoindra la voiture sans difficulté bien plus à l’aise à glisser sans peaux. Mais elle reviendra avec nous demain pour effacer cet échec.
Sa décision a été lucide et très sage. Elle l’a prise avant même que je ne lui soumette. C’est le choix difficile entre la décision d’assurer la sortie prévue pour les autres membres du groupe en abandonnant celui qui ne peut continuer tout en veillant à ses capacités de redescendre seul ou accompagné, et la décision de modifier la sortie en s’adaptant au niveau du plus faible.
Michel nous rejoint et nous abordons le vallon de Clausis depuis lequel nous devinons notre itinéraire. Nous décidons en fonction des conditions de neige, pente, exposition, de remonter vers le Queyron. Nous franchissons le col à 2799m où nous faisons une pause pour se préparer à la descente. Nous redescendons vers le Cornivier pour contourner par le sud le Rouchon, magnifique rocher imposant qui s’élève à 2929m. Nous nous installons sur des rochers pour admirer le paysage en mangeant le casse-croûte délicieux préparé par le staff de la Baïta. Nous repeautons pour atteindre en pleine digestion (dur dur) la pointe des Sagnes Longues.
Le temps se couvre et le soleil disparaît. Alors que nous espérions une neige fraîchement conservée, celle-ci est changeante et presque tôlée par le vent.
Il faut s’approcher du bois en redescendant pour trouver ci et là quelques champs de poudre avant de jouer avec les arbres.
De retour sur la piste de ski de fond, nous appelons Clara notre taxi qui viendra nous chercher au parking. Elle s’est fait un footing en remontant la piste de ski de fond !!!
Encore une belle journée, satisfait de la bonne ambiance et cohésion au sein du groupe homogène. Clara est motivée pour venir avec nous le lendemain.

Photos du jour du Groupe 2

Groupe 3 : Agnès, Loulou, Jean-Paul, Guy et Bernard.
Départ de la Baîta, direction le sommet du Bucher (2257m)
Début sur les pistes de ski de fond pour rejoindre le pont des Achins et attaquer la vrai montée dans les mélèzes en suivant un sentier bien tracé. Guy qui a descendu la voiture pour le retour, se trompe de pont et nous rejoindra donc dans la montée.
Après 200m, un petit ruisseau traverse la piste et bien sûr c’est de la glace. Cela impose une belle conversion sur une pente raide et gelée, petite difficulté pour l’apprentissage d’Agnès qui avec un peu d’aide surmontera cette première épreuve.
Nouveau coup de pompe pour Bernard après 400m de montée, il renonce et Loulou l’accompagne.
La randonnée étant facile et bien connue, Jean Paul et Agnès continuent pour rejoindre Guy un peu plus haut. Les trois passent par le magnifique gîte du Clot Henri, rejoignent le col des Prés Fromage, avant d’atteindre le sommet du Bucher pour un magnifique panorama.
Descente entre les mélèzes dans une bonne neige, même très très bonne parfois.
En parallèle, Bernard ayant récupéré, accompagné de Loulou descendent en ligne directe dans de la bonne neige et remettent les peaux sur le plat pour rejoindre l’auberge après la pause casse-croûte.
Petite balade à 500m de D+ mais très plaisante.

Jeudi 16 :
Groupe 1 : Humag, Philippe, Régis, Gérald, Yann, Jean et Stéphane.
Longue journée de 3000 en perspective… Nous prenons la voiture pour aller au pont de Lariane (2024m) d’où nous partons sur la route enneigée du col Agnel. Après 7,5 kms de route nous atteignons le refuge Agnel (2580m) pour bifurquer vers le col Vieux (2806m). Du col, nous prenons la direction de la face Nord du Pain de Sucre (3208m). Sommet initialement prévu mais pas en condition ski en ce moment. L’objectif est donc le Rocca Rossa (3180m), beaucoup plus « skiable » que son voisin et comme lui sur la frontière franco-italienne. Après être passés sous le Pain de Sucre, nous attaquons la pente terminale en ayant auparavant franchis un petit col. Arrivés au sommet, nous pouvons observer le versant italien et surtout être au plus près du Mont Viso (3841m), magnifique « pyramide » italienne du secteur.
Après le sommet, nous descendons côté Est en direction de la brèche de Ruine (2908m) pour aller jusqu’au lac Foréant (2608m). De là, montée en direction du col (2978m) à l’Ouest de celui de l’Eychassier. Là, je propose une petite variante pour aller faire le deuxième 3000 de la journée… 😉 L’équipe étant partante, nous continuons donc avec les peaux en traversée puis attaquer la pente qui nous mène au pic Foréant (3081m).
Du sommet, nous attaquons la descente dans une neige pas trop désagréable qui nous ramène au pont de Lariane.
Belle course qui nous aura fait faire 1675m de D+ sur 21,7 kms.

Photos du jour du Groupe 1    Trace du jour sur carte IGN

Groupe 2 : Clara, Ivan, Patrice et Olivier.
Itinéraire ski de rando du pont sur le Guil (1492m) entre Aiguille et Abriès au col de la Lauze (2593m).
Michel a décidé de rester avec sa femme et Stec après une nuit courte avec les locaux restera au lit pour se reposer. Nous partons donc à quatre en voiture pour rejoindre le pont du départ.
Les arbustes en fond de vallée du Guil sont givrés comme sur une carte postale, magnifique. Quelques photos prises, nous nous préparons, test DVA compris comme à chaque départ de course. Nous remontons vers le sommet dans la forêt de Marassan entre sous-bois bien raides et pistes de ski de fond. Nous suivons les traces de ski à la montée datant déjà de quelques jours mais bien conservées. Cela promet un ski à la descente plus prometteur que les autres jours. Clara comprend les principes d’adhérence des peaux à la montée et prend confiance en elle et son matériel. Nous nous amusons alors à sortir des traces pour s’exercer aux conversions et pas scabreux. Pari gagné, elle a vaincu sa peur de la veille et passe même en tête pour tracer à son rythme. Arrivés au col de la Lauze, nous décidons de redescendre sans faire le tour des crêtes de la Lauze, après 1100m de montée.
Le casse-croûte dégusté, sur les conseils de Stéphane, nous restons sur l’itinéraire de monter pour éviter de redescendre vers Abriès dans un canyon peu commode. La neige est excellente en sous-bois. Nous cherchons des pentes vierges de traces pour tourner entre les arbres et souches… mais nous n’échapperons pas à quelques figures de style, skis à la verticale coincés entre des branches de sapins…
Nous redescendons dans l’axe de La Chapelle des Eygliers, point de repère sur le versant en face qui nous permet de retomber aisément sur le point de départ.
Encore une belle journée de ski de montagne où chacun progresse promettant d’autres sorties dans le Queyras, magnifique spot de ski de rando, et ailleurs…

Photos du jour du Groupe 2


Vendredi 17 :
Groupe 1 : Clara, Stec, Humag, Philippe, Régis et Stéphane.
Dernière journée du séjour. Contrairement aux jours précédents, la météo n’est pas de la partie (couvert avec averses de neige annoncées)  mais cela ne nous empêche pas de faire une sortie. Nous partons pour le village de Ristolas (1640m) afin d’aller faire le pic Ségure (2990m). Nous montons par une piste forestière jusqu’à la côte 2400. Là, nous sortons de la forêt « Grand Bois ». Nous apercevons l’objectif mais nous sentons une chose moins agréable : le vent qui nous cingle le visage. Le coupe-vent est de rigueur… Nous renonçons au sommet initial et nous nous rabattons sur un plus petit sommet beaucoup moins loin… L’antécime du pic de Maloqueste (2680m). Là, nous ne trainons pas pour « dépeauter » et attaquer la descente pour se mettre à l’abri du vent. La neige dans la forêt est encore très bonne même si les dernières chutes dates d’un mois et nous en profitons jusqu’aux derniers virages.
Au final 1040m de D+ sur 9,4 kms. Une sortie suffisante avec les conditions rencontrées…

Photos du jour du Groupe 1    Trace du jour sur carte IGN

Samedi 18 :
Derniers petits déjeuners, chargement des véhicules et retour dans nos foyers.

Pour conclure, on peut dire que c’est un séjour réussi pour plusieurs raisons : très beau temps, bonnes conditions de neige même avec des chutes datant d’un mois, bonne ambiance même si cela est toujours le cas et pour finir merci pour le très bon accueil de Félicie et François ainsi que le personnel qui travaillent avec eux à la Baïta. Et merci à Ben pour la préparation du séjour.
Comme d’habitude, nous y reviendrons. 😉

Olivier et Stéphane

Séjour Multi-activités à Porté Puymorens du 27 juillet au 3 août 2019

Séjour Multi-activités à Porté Puymorens du 27 juillet au 3 août 2019

Encore une semaine multi activités organisée par le club au refuge de Porté Puymorens, bien réussie avec 21 participants durant ces 8 journées.

Dès le vendredi 26 au soir je suis sur place pour accueillir Clara et Mathieu.

Samedi 27 juillet :
Les extérieurs du refuge nécessitant une sérieuse corvée de débroussaillage, je reste au refuge. Clara et Mathieu décident de partir en footing vers le Lanoux, l’orage les surprend. Ils continuent tout de même, mais après 1 heure sous la pluie ils décident de faire demi-tour. Ils reviennent bien trempés et un peu rafraîchis.
En fin de matinée, arrivée de Stéphiou, puis ce sera le tour de Nicolas qui arrive de Bordeaux en moto et la pluie l’a accompagné pratiquement tout le long du trajet.
La journée au refuge a alterné petites averses et belles éclaircies ce qui a permis de faire un bon toilettage extérieur.
Virée au Pas pour quelques courses et soirée au refuge ou une petite flambée a été nécessaire.

Dimanche 28 juillet :
Rando au programme et la météo étant encore un peu perturbée côté Ariège, nous décidons de nous rapprocher de la frontière espagnole.
C’est les trois PUIGMAL qui sont au programme. Doriane nous rejoint à 9h au parking de l’ancienne station, point de départ de notre rando.
Belle montée, d’abord vers le Puigmal de Llo et en suivant les crêtes nous rejoindrons le Puigmal d’Err qui culmine à 2910m.
Après un bon casse croûte, les jambes sont toujours légères alors nous décidons de prolonger par les crêtes du haut de l’ancienne station pour un retour plus long mais en douceur vers notre point de départ, où Nicolas aidé par Mathieu arrivera chargé d’une perche de tire fesse :
Projet de POLE DANCE au refuge !!! 😉
Belle rando à plus de 1000m de dénivelé +.
Nicolas, voulant aider pour la préparation du repas, a un coup de couteau malheureux (pourtant l’apéro n’était pas encore commencé !!!) et y laisse un morceau de doigt. Doriane et Clara font les infirmières.

Lundi 29 juillet :
Journée aux activités très variées :
Le doigt de Nicolas nous inquiète. Doriane l’amène à l’hôpital franco/espagnol de Puigcerda. Après quelques soins, ils feront du tourisme en rejoignant l’Andorre par le côté Espagnol.
Clara et Mathieu vont explorer la Vallée d’Angoustrine : via ferrata, tyroliennes et rando.
Stéphiou en petite forme reste avec moi pour aller faire des courses à Bourg Madame et Puigcerda.
Vers midi, arrivée de Myriam, Janine, Nolan et Alizée.
Myriam, Nolan et Alizée vont au centre aquatique d’Err.
Je reste au refuge avec Stéphiou et Janine pour finir le nettoyage extérieur.
Vers 19h, arrivée d’Agnès et François et l’apèro Ti-Punch commence…

Mardi 30 juillet :
C’est la journée canyon, dès 8h départ pour le VicdessosJérôme les attend avec un programme prévisionnel chargé avec l’enchaînement de l’Artigue et le Marc.
Doriane, Clara, Mathieu, Nicolas, Nolan, Alizée sont rejoint par Marc au point de RdV.
Malheureusement la météo côté Ariège est moins bonne et ils ne pourront faire que le Marc et encore dans une eau froide, petite déception malgré une bonne journée.
Myriam, Agnès, François et Bernard ont opté pour la rando et vu les nuages qui se promènent sur les crêtes côté Ariège, nous changeons de direction et nous nous dirigeons vers la Cerdagne où nous aurons du très beau temps.
Pendant ce temps Janine, restée au refuge, nous prépare un excellent Tiramisu. YESSS !!!
En fin de journée c’est la grosse arrivée : Joëlle, Philippe, Gérald, Patrick, Marie, Louane, Martin plus Marc qui avait déjà rejoint les canyonistes.
Humag nous rejoint pour le repas, ce qui fait 21 couverts.
L’apéro durera un certain temps !!!… 🙂
Doriane dormira au camion et Stéphiou sous la tente (18 maxi au refuge, c’est la loi).

Mercredi 31 juillet :
VTT et rando au programme.
Kuku, Patrick, Gérald, Marc et Nolan vont explorer le Capcir en VAE, bonne journée avec des passages un peu galère avec des VTT Elec et deux crevaisons pour Nolan.
Pour le groupe rando Alizée, Clara, Agnès, Myriam, Marie, Joëlle, Doriane, Mathieu, Nicolas, François, Stéphiou, Martin et Bernard, c’est direction le CARLIT et ces 2921m soit pratiquement 1300m +.
Clara, Agnès et Mathieu font le sommet, Doriane, Alizée, François et Nicolas renoncent au pied du pierrier final.
Les autres se contentent d’un pique nique au Lanoux.
La descente sera rude pour certains(es).
Bravo à Martin pour une première grande rando.
Clara et Mathieu nous quittent.

Jeudi 1er août :
Départ de Nicolas.
VTT
pour Kuku, Patrick, Gérald, Marc départ de Err vers la station du Puigmal. Ils reviennent un peu déçus par le parcours.
VTT aussi pour Nolan et Bernard avec un départ du refuge pour une petite rando vers Latour de Carol, assez facile à l’aller car nous restons sur de bons sentiers, plan galère au retour en voulant suivre un nouveau sentier de randonnée, pas très adapté au VTT et VAE en particulier.
Marie, Alizée, Louane et Martin vont à la VIA FERRATA d’Angoustrine.
Gros départ en fin de journée : Kuku, Joëlle, Marie, Louane, Martin, Patrick, Gérald, Marc, Myriam et Janine.
Nous nous retrouvons à 7 et en profitons pour aller faire un petit tour à Puigcerda.

Vendredi 2 août :
Destination les Gorges de la Carança.
La liaison entre les deux parcours est fermée pour cause de travaux. Il nous faudra donc nous contacter d’un A/R par le même coté, nous choisissons la rive droite qui nous paraît plus à l’ombre et évite un assez long détour pour rejoindre les vires de la rive gauche.
Très belle rando pittoresque et escarpée avec des passages aériens, (passerelles, pont de singe).
Après le pique nique au bord de l’eau, sentant une petite gène au genou, je fais demi tour. Nolan m’accompagne.
Agnès, François, Alizée et Stéphiou continuent, sans toutefois arriver au refuge qui est relativement haut.
Belle journée encore chaude.

Samedi 3 août :
C’est le grand départ donc séance rangement et nettoyage pour tous.
Après le casse croûte, nous laissons Stéphiou tout seul, il a décidé de rester une nuit de plus afin de finir son reportage photo du refuge sous les étoiles. Aperçu ci-dessous.



Encore une très bonne semaine avec du beau temps, participation exceptionnelle de tout le monde aux taches d’intendance. QUE DU BONHEUR !!!

Merci à toutes et tous.

Bernard

Raid Ski de randonnée secteur d’Argentière du 14 au 18 avril 2019

Raid Ski de randonnée secteur d’Argentière du 14 au 18 avril 2019

Cette année la destination est le massif du Mont Blanc. Comme souvent à cette période la météo n’est pas propice pour partir à la date initiale (6 avril). J’attends donc la fenêtre qui nous permettra de partir sous des cieux plus cléments… Le départ est donné le dimanche 14. Seule ombre, la défection de 3 personnes (Laurent, Mathieu et Yann) à cause du glissement de planning.

Dimanche 14 avril :
Nous partons de Toulouse à 3 (Régis, Philippe et bibi) en milieu de matinée afin d’arriver à Séverac le Château vers midi pour nous restaurer. Chose faite, nous reprenons la route direction le chalet du CAF du Tour au fond de la vallée de Chamonix. Nous arrivons au gîte vers 19h30 pour le repas du soir comme prévu. 😉

Lundi 15 avril :
La première sortie n’est pas vraiment une mise en jambe car nous allons faire le Mont Buet (3098m) depuis le hameau du même nom (1340m). Thierry le local nous a rejoints pour faire la sortie en notre compagnie. La neige est quasiment au départ, il faut juste porter 10 minutes pour mettre les skis aux pieds. L’itinéraire se décompose en deux parties. La première est la progression dans un vallon jusqu’au refuge de la Pierre à Bérard (1920m) sur plus de 4 kms et la deuxième plus ascensionnelle jusqu’au sommet sur environ 4 kms. Après 5h de montée et deux pauses, nous arrivons au sommet.
Nous profitons de ce magnifique belvédère pour contempler le massif du Mont Blanc (La Verte, Les Drus, Les Jorasses et bien sûr le Mont Blanc). Après une bonne pause, nous attaquons la descente par l’itinéraire du Creux aux Vaches.
Superbe descente homogène sur quasiment 1200 mètres. Nous rejoignons ensuite le départ par le même vallon qu’à l’aller. Belle course de 1780m de D+ sur 22 kms A/R.

Photos du jour

Tracé du parcours sur carte IGN

Mardi 16 avril :
Cette journée sera la journée « cool » du séjour car nous partons pour le refuge d’Argentière (2771m) depuis le parking des Grands Montets (1230m). Le temps du jour est couvert, ce qui n’est pas plus mal. La première partie est tranquille car nous prenons le télécabine du Plan Joran qui nous monte à 2130m. Nous glissons ensuite jusqu’à l’ancien bâtiment de la gare du téléphérique des Grands Montets (1975m). En phase de reconstruction car détruite par un incendie en septembre 2018. De là, nous mettons les peaux pourattaquer la vraie montée vers le refuge. 🙂 Après 1h10mn, nous mettons pied sur le Glacier d’Argentière. Même si il ne fait pas beau, la visibilité est suffisante pour profiter des sommets qui nous entourent. Deux heures après avoir mis pied sur le glacier, nous arrivons au refuge.
Petite journée de 800m de D+ sur 5,5 kms. Nous en resterons là car le temps se détériore (neige) ce qui nous empêche d’aller faire le Col du Tour Noir (3535m) par le Glacier des Améthystes, une classique du secteur et ajouter 750 mètres au compteur pour la journée. Dommage !!!

Photos du jour

Tracé du parcours sur carte IGN

Mercredi 17 avril :
Le beau temps est de retour. Nous profitons donc de cette belle journée pour faire une boucle autour de l’Aiguille du Chardonnet (3824m).

Nous « attaquons » par une descente du Glacier d’Argentière afin de nous diriger au pied de la montée du Col du Passon (3028m). Nous démarrons la montée à 2350m ; 2h35mn après nous arrivons au col en ayant mis 100 mètres en dessous les skis sur le sac.
Le col passé, nous mettons les pieds sur le Glacier du Tour pour rejoindre la Fenêtre du Tour (3340m), montée sur près de 3 kms. Nous arrivons à la fenêtre environ 2h après.
Pour atteindre ensuite le Glacier de Saleina pour monter le Col du Chardonnet (3223m), il faut descendre d’entrée une pente de 50° sur environ 30 mètres. Heureusement le soleil a bien transformé la neige. En neige dure, cela aurait été beaucoup moins simple… Le pied du col est assez vite rejoint. Là, nous mettons les crampons pour les 90 mètres d’ascension afin d’atteindre le col. Nous croisons juste deux skieuses en rappel, fait plutôt rare car c’est le passage pour la haute route Chamonix Zermatt mais vu l’heure c’est relativement normal. Après le col, nous descendons le Glacier de Chardonnet pour revenir au refuge d’Argentière, notre point de départ.
Une belle boucle assez sportive et technique car plus de 1500m de D+ sur 13,65 kms. Le houblon au refuge est plus qu’apprécié… 😉

Photos du jour

Tracé du parcours sur carte IGN

Jeudi 18 avril :
Encore une belle journée annoncée. Initialement cette étape n’était pas prévue au programme. Je propose un parcours beaucoup plus intéressant et original que la montée au Col du Tour Noir (3535m) par le Glacier des Améthystes que j’avais envisagé. L’objectif du jour est de rejoindre Champex (Suisse) par le Val d’Arpette. Itinéraire nouveau pour moi dans la deuxième partie.
Nous quittons assez tôt le refuge (6H30) pour monter au Col du Chardonnet (3323m) afin d’éviter éventuellement la foule au col et la « kermesse » du rappel… Nous sommes les premiers en haut du col et faisons le rappel sans personne. 🙂 Ensuite, nous nous dirigeons vers la Fenêtre de Saleina (3267m) en glissant dans un premier temps sur le glacier du même nom pour remettre les peaux afin d’accéder à la fenêtre. La pente terminale étant toujours aussi raide, elle nous oblige à mettre les skis sur le sac et finir à pied les 50 derniers mètres.
Après la fenêtre, nous descendons le Glacier du Trient en direction du Col des Escandies (2796m). Partie pour nous tous inconnue… La dernière surprise du jour est le franchissement de ce dernier col. Certain pensant que cela allait être un col « cool », moi un peu plus sceptique à la lecture de la carte. 🙂 En fait, en descendant et en contournant l’éperon rocheux donnant accès au col, on tombe à nouveau sur un passage raide de 50 mètres qui nous oblige à remettre les skis sur le sac… 🙂
La dernière surprise franchie, nous mettons les skis aux pieds et attaquons la descente du Val d’Arpette. Superbe vallon qui va nous mener jusqu’à Champex (1500m). A faire par bonnes conditions nivologiques car les pentes latérales sont assez raides… Au final, cette dernière descente fera 1300 mètres de D- sur plus de 6 kms. 😉
Un très bel itinéraire de plus de 1050m de D+ sur 16 kms.
Nous rentrons à Argentière en taxi suisse… €€€… Sur le parking des Grands Montets, nous prenons la météo pour savoir si nous restons deux jours de plus pour aller faire les Dômes de Miages (3670m) avec une descente par le Glacier d’Armancette. Le temps du samedi étant incertain à cause du foehn, nous décidons de rentrer. Nous prenons donc la route pour Toulouse avec un arrêt « en urgence » à La Tour du Pin expressément demandé par Philippe et Régis pour dîner… 🙂 Nous arriverons à Toulouse à 3H00 du mat…

Photos du jour

Tracé du parcours sur carte IGN

Pour conclure : ce fût un très bon séjour. Malheureusement à cause du glissement de planning, nous n’étions que trois au lieu de six. Ce temps capricieux nous a également contraints de réduire de deux jours pour ne faire que quatre jours de rando.
Comme d’habitude l’état d’esprit et l’ambiance fût bonne. Tout le monde a été à la hauteur des efforts physiques et techniques demandés sur les quatre sorties. Bravo !!!

Stéphane

Sorties Ski de randonnée des 23 et 24 mars 2019

Sorties Ski de randonnée des 23 et 24 mars 2019

Cette année encore, j’ai mis au programme la traversée St Lary-La Mongie car l’an dernier à cause des conditions météo un peu trop chaudes j’avais renoncé à passer par la hourquette Médette. Les motivés pour ce week-end sont : Fabienne, Audrey, Clara, Christian, Hubert, Patrice, Philippe, Guillaume. Pour certains, c’est la première fois qu’ils font ce bel aller-retour qui peut être fait par différents endroits. Comme l’an dernier je renonce à passer par la hourquette Médette car vu le faible enneigement de cet hiver, je crains qu’au retour le versant Sud de la hourquette, passage assez raide en descente ne puisse se faire skis aux pieds.

Samedi 23 mars :
Nous nous retrouvons tous sur le parking d’Espiaube (1600m) vers 8h45 pour prendre le télécabine afin de gagner un peu de temps sur la montée au col de Portet (2215m) et surtout éviter d’emprunter la piste pour ne pas prendre de plein fer un fada de skieur alpin… 🙂
Du col de Portet, descente sur le lac de l’Oule (1820m). L’enneigement étant assez faible, nous empruntons la rive droite du lac car rive gauche il n’y a plus de neige sur le sentier qu’on prend normalement pour remonter le lac en direction du Nord vers la sapinière de Bastanet. Nous arrivons à l’abri de Port Bielh (2105m) avec un peu avant une traversée du ruisseau du même nom un peu scabreuse due au manque de neige… J
Après, nous prenons la direction du col de Barèges (2469m). Du col nous descendons en direction du lac de Coueyla Gran (2160m) dans une très bonne neige 😉 quasi poudreuse (chute datant du début de semaine). De là, remise des peaux pour monter vers le Pas de la Crabe (2477m). Passage qui permet de basculer sur la station de La Mongie, notre objectif pour passer la nuit au chalet de l’ATC. Après que tout le monde soit arrivé, nous descendons pour rejoindre la piste de ski des quatre Termes. Etant 17h passée, il n’y a plus personne sur la piste, ce qui n’est pas plus mal… 😉
Pas mécontents d’être enfin arrivés après 7h15mn de course pour 980m de D+ sur 15 kms. Nous rejoignons notre hébergement où nous retrouvons Yohan et Géraldine, membres du club, venus passer le week-end avec un ami. Nous avions convenu de manger tous ensemble le soir. Comble de chance, Yohan étant un super cuisinier, quand nous arrivons, il nous prépare une super ratatouille pour accompagner un bon rôti. Merci à lui pour les courses et le repas.

Photos du jour

Dimanche 24 mars :
Après une bonne nuit de repos et une bonne digestion 😉 nous partons de La Mongie (1770m) assez tôt (7h15) car là, pas de remontées mécaniques pour nous avancer vers la brèche « Sans nom » (2545m), à proximité de l’arrivée du télésiège des Quatre Termes. Le passage de la brèche se fait par la petite « fenêtre » contrairement à l’an dernier où la fenêtre était totatement bouchée à cause de la grosse quantité de neige qu’il y avait. Après la brèche nous descendons environ 200 mètres pour remonter 120 mètres afin d’atteindre la hourquette Nère (2465m). Après la hourquette nous descendons dans une très bonne neige jusqu’aux laquets de Port Bielh (2206m) pour ensuite remettre les peaux et prendre la direction du lac Supérieur de Bastan (2250m). Avant d’atteindre le lac, nous faisons la pause casse-croûte à 2315m pour le plaisir de tout le monde… 😉 La pause terminée, nous glissons vers le lac pour remettre les peaux et monter au col de Bastan (2485m). Au col nous déchaussons pour mettre les skis sur le sac et monter l’arête à pied qui nous mène au pic du Pichaley (2626m) pour revenir sur la station de St Lary. Le point culminant de la journée atteint, nous remettons les skis pour descendre vers le col de Portet pour terminer par la piste qui redescend sur Espiaube. Comme la veille, nous ne sommes pas mécontents d’arriver après 7h25mn et 1560m de D+ sur 15 kms. Course légèrement plus sportive que la veille… Pour se récompenser de ce bel effort, nous prenons un bon verre de houblon au troquet à côté du parking. 😉

Je tiens à féliciter toute l’équipe pour les efforts fournis sur tout le week-end et tout particulièrement Hubert qui dans sa 74ème année se permet de faire encore ce type de sortie, « Chapeau Bas ».
Encore une fois je serai obligé de remettre cet aller-retour au programme une prochaine saison car la hourquette Médette n’est pas encore passée… J’en profiterai également pour mettre un nouvel itinéraire pour aller sur La Mongie car ce vaste secteur permet d’innover et de découvrir d’autres itinéraires plus ou moins longs… 😉

Photos du jour

Stéphane

Séjour Ski alpin Flaine – Samoëns du 9 au 16 mars 2019

Séjour Ski alpin Flaine – Samoëns du 9 au 16 mars 2019

Le TCMS chouchouté aux Carroz 😉

Nous avons été chaleureusement accueillis aux Flocons verts situés dans le petit village des Carroz d’Arâches en Haute Savoie. Donatien et toute sa gentille et dynamique équipe se sont très bien adaptés à notre groupe.

Bon, question météo, ce n’était pas tip top mais on a su s’en accommoder.
Semaine mitigée entre flocons pluie neige et soleil. Mais dès que le soleil est sorti Mardi, on en a pris plein les yeux. On a enfin découvert ce très beau domaine que sont les Grands Massifs.  Que ce soit Flaine, Samoëns, Morillon, Six ou les Carroz, chacun y a trouvé son compte. Flaine a également remporté un vif succès auprès des participants.
Un cirque magique, des hors-pistes de dingue ! Une bonne régalade le jeudi avec de la poudre toute fraîche.

La piste de luge sur rails située en bas des Carroz a également fait le bonheur de quelques adeptes de grands frissons. 😉 😉 😉

Cette année, les repas chauds du midi ont remplacé nos traditionnels pique-niques sur les pistes. Et oui départ et retour skis aux pieds !… Il faut dire que le logement est idéalement situé aux pieds des pistes et accessible par un tapis qui nous amène directement au départ des Oeufs (mmm … on y songe … on y songe … pour Porté !) Si on rajoute à tout ça les bons petits plats concoctés par un super cuisto… On n’a pas hésité longtemps à switcher les sandwichs …. Exception faite du mardi ensoleillé !!!

Alors un grand merci au cuisto et à ses commis qui ont accepté au pied levé dès le 1er jour de prévoir un repas chaud pour 68 personnes le midi. Ils ont assuré ! Et merci au personnel en salle toujours prévenant, souriant et disponible même pour ceux qui rentraient du ski a 14h !

Notre logement en duplex en a dérouté plus d’un cette année ; son caractère un peu labyrinthique a valu quelques anecdotes croustillantes 😉 Dur pour certains de se repérer et de retrouver leurs chambres alors que d’autres jouaient à cache-cache derrière le bar. 🙂

Les bons plans :
* Un Carrefour des Régions organisé le dimanche soir dans le but de faire découvrir les spécialités locales. Le TCMS y a largement contribué en apportant de la charcuterie Tarnaise et du fromage des Pyrénées.

* Une Croziflette géante prévue sur les pistes de ski mais au final dégustée aux Flocons verts à cause de la météo…
Dommage car cela aurait été une belle innov’ pour nos séjours TCMS.

* Une Salle pour la réunion technique de 18h30 comme d’hab’ très efficace.

Ce fût l’occasion pour Karine de nous présenter sa marque de vêtements DRESSKODE : tee-shirts et sweat-shirts personnalisables : www.dresskode.fr Bravo Karine pour ta marque déposée !!! 😉

Les membres du staff ont arboré avec plaisir le tee-shirt Dresskode qui leur a été offert par Marco en remerciements pour leur implication dans le Club.

Marie Madeleine a clôturé ce séjour placé comme d’habitude sous le signe de la bonne humeur communicative des participants du TCMS.

Donatien et son équipe ont bien ressenti cette forte cohésion qui existe entre nous et nous sommes invités à revenir (ouf !!!) Marco notre Président n’a pas manqué de les remercier tous individuellement. Un tonnerre d’applaudissements de la part du TCMS SKI.

Alors oui nous gardons cette adresse bien sympathique et nous reviendrons Donatien !!!

La XGame Team des Carroz’ 2019 – Nath et Yann

Sorties Ski de randonnée des 23 et 24 février 2019

Sorties Ski de randonnée des 23 et 24 février 2019

La sortie ski de ce week-end est en Bigorre. Les partants sont : Clara, Doriane, Laurent, Olivier, Philippe et moi. Nous nous retrouvons le vendredi soir à Bagnères. Dès notre arrivée vers 20H30, direction le restaurant pour prendre des forces pour le lendemain car la journée devrait être longue…

Samedi 23 février :
Comme évoqué ci-dessus, la sortie s’annonce assez longue car nous devons rejoindre le pic du Midi (2876m), pas avec le téléphérique depuis La Mongie mais depuis Artigues (1260m).
Contrairement à l’année dernière où j’avais annulé cet objectif pour cause de faible enneigement et surtout éviter un portage type « printemps », nous mettons les skis après 40m de marche à pieds. Cool !!!
La montée se passe bien à un bon rythme. Après 4 heures et 30 minutes, nous arrivons au col des Laquets (2637m), dernière halte avant la dernière rampe avant d’atteindre le sommet.
Une demi-heure plus tard, nous mettons les pieds sur l’observatoire, le sommet du pic du Midi.
Nous profitons comme à son habitude du super panorama que nous offre ce belvédère en amont de la chaîne pyrénéenne. Vues sur le luchonais, Néouvielle, Mont Perdu, Gavarnie… 😉
Les conditions sont vraiment printanières pour un mois de février, ce qui a pour conséquence une descente dans de la neige un peu « soupe » dès le départ sur les versants ensoleillés. Par contre dans la coume de Sencours, plus à l’ombre on trouve de la neige beaucoup moins printanière. Moins d’une heure après notre départ du pic, nous nous retrouvons à Artigues.
Toujours aussi belle randonnée (1600m de dénivelé positif sur plus de 17kms aller-retour) avec en prime, peu de monde certainement lié au chassé-croisé du samedi des vacances scolaires.

Photos de la sortie

Dimanche 24 février :
Ce dimanche direction le lac de Payolle (1150m) comme point de départ afin d’aller faire le pic de Monfaucon (2712m). Comme la veille, nous mettons les skis aux voitures. A part, deux personnes nous sommes les seuls en cette heure matinale (7h50). On ne s’en plaint pas…

Nous prenons notre temps car cette rando est encore plus longue que celle de la veille. Après 4 heures, nous sommes contraints de finir la pente terminale (30°) à pieds car la neige est un peu trop dure pour finir skis aux pieds. Nous atteignons le sommet sans problème et comme la veille nous profitons

bien du panorama par ce beau temps. Nous y restons environ une heure pour laisser la pente à 30° se transformer un peu afin d’en profiter au maximum.

Nous attaquons donc la descente dans une neige légèrement dure mais qui va se ramollir plus nous allons descendre. Une belle descente dans une bonne neige de printemps, timing tout de même réussi. 😉
Après 45 minutes, nous rejoignons la civilisation car lorsque nous arrivons à Payolle, beaucoup de vacanciers se promènent autour du lac.
Bonne sortie avec plus de 1500m de dénivelé positif et 21kms aller-retour. Nous ne tardons pas car tout ce monde nous angoisse… 🙂

Photos de la sortie

En conclusion, un super week-end du mois d’avril 🙂 avec ce soleil et ces températures printanières…

Stéphane

Raid Ski de randonnée en Val d’Aran (Espagne) du 18 au 21 février 2019

Raid Ski de randonnée en Val d’Aran (Espagne) du 18 au 21 février 2019

Lundi 18 février :
9h pétante Jacques, Mathilda et Dodo attendent les autres au parking du Pla de Berret à Baqueira pour démarrer quatre très belles journées de ski de rando dans le Val d’Aran, en étoile depuis le refuge de Montgarri (1647m).
Arrivent Olivier et Brice, puis Kuku, Clara, Gégé et Hubert, suivis d’Audrey, Ben, Doudou et Steck.
Treize, ça porte bonheur. Patrice est excusé.
Cinq petits kilomètres de poussage de bâtons nous séparent du refuge, certains peautent, d’autres pas. Tous auront eu chaud. Excepté Doudou le malinou, on suit tous notre guide adoré en profitant de chaque mètre de pente pour prendre un peu d’élan au milieu de ce long plat…. après avoir joliment doublé le trajet on s’aperçoit de la bourde et nous rebroussons chemin en portant les skis… Nous arriverons pile pour l’apéro du midi ; Cerveza y tortilla !!!
14h30 nous parait être une heure propice pour se lancer dans une jolie randonnée de 700m de dénivelé, nous faisons un tour derrière le refuge via un col au Sud du Tuc des Bandolers puis nous descendons dans un canyon agréable à skier pour un rapide retour à la bière. Pile à l’heure pour l’apéro du soir ! C’est une très belle organisation. Nous profitons du spectacle des chiens de traîneau qui passent devant le refuge pour une compétition d’endurance. Nous en profiterons également dans la nuit, boules Quies de rigueur entre deux aboiements. Dortoir pourtant humainement calme, peu de ronfleur… Le TCMS ce n’est plus ce que c’était !!!…

Photos du jour

Mardi 19 février :
Après nos 20 kms de la veille on est d’attaque pour une jolie rando menant à nouveau vers le col de la veille mais en y montant par un autre flanc de les trois tucs, pas ceux de l’apéro, mais le Tuc Deth Cap dera Serra, Tuc d’Orla et Tuc de Gurier. Enfin…. pas pour tous. À 200 mètres du sommet Dodo aperçoit une jolie combe bien exposée pour du bon ski et l’objectif très raide et verglacé est donc vite abandonné par cette guide improvisée. Suivie d’Olivier qui nous fera une superbe trace dans la combe, Clara et Brice. Les quatre compères partageront vin rouge, charcuterie, fromage et chocolat au sommet en surveillant Kuku du coin de l’œil dans sa belle face gelée. En effet, les autres ayant pris une autre face feront un autre sommet via une belle arrête en crampons piolet. Kuku décide de remonter tout seul la face verglacée et arrive au sommet, seul…. les autres étant déjà descendus. Ben, dans sa course, a laissé glisser un ski tout seul au fond de la vallée et Steck a choisi une sieste improvisée. Bref, chacun a vécu sa journée indépendamment mais l’organisation est aux petits oignons car le soir tous ont le sourire ! Cerveza pour tout le monde ! Le repas sera comme à son habitude, très copieux et délicieux. Nous aurons droit au Level 2 de Steck racontant son épopée crampon qui restera dans les annales.

Photos du jour

Mercredi 20 février :
Fini les petits projets, objectif du jour le Tuc de Barlonguera (2802m) !!! Soit un D+ de 1300m. Dès le départ le groupe se divise, certains n’ayant pas de couteaux devant emprunter d’autres chemins moins verglacés pour finalement abandonner. D’autres, bartassent à en faire tomber un couteau…. heureusement que certains passent derrière. Bref, nous ne citerons aucun nom. Finalement un groupe prend la tête pendant que d’autres tentent de rattraper laborieusement. Après avoir passé un premier col et donné un sacré coup de cul pour rattraper le retard accumulé dans le bartassage Dodo et Kuku s’envoient seul face Nord en espérant retrouver le groupe de tête pendant que Ben s’attaque à la face Sud dans un magnifique solo baigné de lumière, photos à l’appui. On se retrouve pour la majorité au sommet, bien content chacun de ne plus être tout seul pour redescendre… Seul Olivier n’aura pas laissé ses skis au Col ce qui lui permettra de descendre en ski la face sud de ce sommet aérien et d’être le premier à la bière. Une très belle journée ensoleillée, quelques photos et une belle descente plus tard, retour à nos habitudes houblonnées. Ce soir c’est la fameuse côte de bœuf de Montgarri, on allège sur la charcuterie de Gégé avant le repas pour garder de la place mais on double le nombre de magnum de rouge pour accompagner. Un régal !!!

Photos du jour

Jeudi 21 février :
Après avoir lourdement chargé la mule Dodo qui raccompagne Doudou et Steck directement aux voitures pour une petite virée shoping, certains partent faire le Tuc de Parros (2731m) pendant que d’autres s’arrêtent à un col intermédiaire après 700m de D+. Rendez-vous donné en fin de journée à Viella pour prendre une bière encore tous ensemble avant de se sevrer en rentrant dans nos pénates respectives. Ce fut un superbe séjour parsemé de soleil, d’apéros, de neige printanière et d’excellents moments de rigolades. Compte rendu évidemment non exhaustif !!!

Photos du jour

Doriane (mandatée pour le CR par Ben, l’accompagnateur en chef du raid 😉 )